Alaric

La route classique

La montagne d'Alaric

La montagne d’Alaric

  • Dénivelé positif : 500 m
  • Distance : 14,0 km (a/r)
  • Heures de marche (hors pauses) : 4h30
  • Niveau : moyen (dénivelé important)
  • Fichier à télécharger : Trace GPS
  • Remarques : Meilleurs moments de l’année : printemps ou automne. Pas de source d’eau potable. Abri très sommaire au sommet.
  • Stationnement : Devant la cave coopérative (Vignerons de Camplong) à l’entrée du village, ou bien traverser le village et se garer sur le terrain des fêtes.
  • Attention au patou ! En vous promenant sur l’Alaric, coté Camplong vous risquez de voir des brebis et leur patou qui s’appelle Jazz. Un patou, c’est un chien de protection et dissuasion…

Aller-retour Camplong – le Signal d’Alaric

Descriptif : La route classique pour parcourir l’Alaric, montagne tellement emblématique des premiers contreforts des Corbières.

Rando Camplong-Alaric par la route classique sur Google Earth

Rando Camplong-Alaric par la route classique sur Google Earth

Monter l’avenue de la promenade et entrer dans le village. (Si vous avez besoin de provisions vous trouverez l’épicerie dans la petite ruelle de la Placette en face de la Poste.) Continuer tout droit jusqu’au virage et là, prendre la rue du Lavoir à droite. Après 70 m vous arriverez à une bifurcation. Tournez à gauche. Ici se trouve le lavoir du village, construit en 1955 en même temps que le château d’eau. C’était une révolution pour les ménagères. Avant elles lavaient le linge à l’Orbieu et, lors de fortes pluies, dans le ruisseau du chemin de Moux que vous allez longer maintenant (direction NO).

Inauguration du lavoir 1955

Inauguration du lavoir 1955

Suivre ce chemin pour sortir du village. Devant, vous voyez un pan de montagne tout blanc, comme si le roi des Wisigoths Alaric, affamé avait pris un couteau pour en découper un morceau. Les gens d’ici l’ont toujours appelé le jambon. C’est vrai que l’on peut imaginer l’os au-dessus. Autrefois, les paysans devinaient l’heure à partir de l’ombre qui se dessinait sur le jambon.

Après 700 m, là où les vignes laissent place à la garrigue, poursuivre le chemin qui monte tout droit à côté du ruisseau de l’Abeille (attention aux trous !). Surtout ne pas prendre le chemin à droite qui descend vers un gué. Après 450 m le chemin prend fin dans le lit du ruisseau
, où se trouve la « Font (source) du bois ». Il existe encore une petite plaque en béton. En la soulevant vous verrez la source qui alimentait l’est de Camplong à l’époque. À cet endroit, de nombreux enfants jouaient les jeudis à se prendre pour des indiens et des cowboys…

Grimper le talus en face et passer devant une bergerie en ruines. Le treuil rouillé à gauche servait à ramener le foin du pré en face mais aussi à descendre les comportes de raisins car des vignes se trouvaient plantées à cet endroit. Quelques mètres plus haut vous trouverez un chemin, plutôt caillouteux que vous prendrez à gauche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Borie sur la montagne d’Alaric

Borie sur la montagne d’Alaric

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peu après, à gauche, un amas de pierres signale une borie aussi nommée capitelle, abri rudimentaire de berger (attention, même si la structure a duré dans le temps il est conseillé de ne pas trop s’aventurer à l’intérieur). En face, les larges murs en pierre qui divisent le paysage en parcelles témoignent de l’époque où l’exploitation agricole montait à même le flanc de l’Alaric. On peut y voir des champs qui devinrent vignes, pâturages pour finir abandonnés. Mais aujourd’hui par chance une jeune bergère exploite ces terres en élevant des brebis tarrasconnaises que l’on peut voir brouter sur la montagne d’Alaric.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Borne

Borne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer à suivre le sentier en montagnes-russes. Juste après une large coupe (à gauche) qui monte en flèche vers le sommet, vous verrez, à droite, une borne ornée d’une croix qui marque la limite entre les communes de Camplong et Fabrezan.

Encore deux cents mètres et vous tomberez sur le carrefour dit « les Quatre Chemins ». À 300 m au-dessus du niveau de la mer, vous avez déjà parcouru 200 m de dénivelé. C’est le moment de vous arrêter et de grignoter un en-cas.

Maintenant la navigation devient facile. Tournez à gauche et suivez le chemin forestier pendant 2,3 km. Ce chemin monte très progressivement 100 m de plus. Dans un virage en épingle, vous rencontrerez le GR77, bien signalé par une flèche. Le GR monte vite dans le bois à gauche. Encore une demi-heure et vous arrivez au point culminant de la montagne d’Alaric, le Signal.

 

Abri au Signal

Abri au Signal

Garni d’antennes, panneaux solaires, tour de guet et éolienne, certes utiles mais pas très valorisants pour l’environnement, au sommet je vous conseille de regarder le vaste panorama sur la Montagne Noire, la Méditerranée et les Pyrénées. Par temps clair on peut distinguer le Canigou en dent canine, le Madres qui ressemble plutôt une patate, le Carlit dentelé, le Bugarach pointu…

Retour par le même chemin.

Camplong vu de la montagne d’Alaric

Camplong vu de la montagne d’Alaric

Bonne randonnée – Steve Cracknell

2 réponses à Alaric

  1. betbeder dit :

    j’organise avec mon club de randonnée une semaine à Camplong , les randos de votre site sont elles toujours d’actualité ?
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Camplong d'Aude : village à vivre